Kaos-rpg


Déjà membre ?
Cours t'identifier Wink


Pas encore inscrit ?
Vas arranger ça ><

Et euh... Bienvenu tout de même ^^

=)



 
S'enregistrerAccueilConnexion

Partagez | 
 

 Alice Weaver

Aller en bas 
AuteurMessage
Alice Weaver
Apprentis
Apprentis
avatar

Féminin Nombre de messages : 100
Age : 27
Date d'inscription : 08/11/2010

Identité
Classe: Scientifique
Niveau: 4
XP:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Alice Weaver   Mar 8 Fév - 21:26

Sujet : Tu te balades dans les ruelles de Kaolia lorsque tout d'un coup tu entends un cri. Plus précisément, tu reconnais vaguement la voix. Tu te rapproches alors de la source du hurlement pour y trouver ta tante berserker en difficulté face à un Undead. Lorsque tu t'approches, tu découvres un second chasseur à moitié tapis dans l'obscurité. Il n'agit pas mais ton bon sens t'incite à te méfier de lui; d'ailleurs tu découvriras que ses intentions n'étaient pas loyales. Que fais-tu ?



Kaolia, tard le soir. Pas vraiment l'endroit le plus fréquentable de la terre, surtout selon l'endroit où on se promène. Et les ruelles sont au top dix de l'infréquentable passé une certaine heure. Elle le savait pertinemment pour y avoir éteint son premier Balrog. Le souvenir l'ébranlait encore et il lui arrivait de se réveiller au beau milieu de la nuit, assise sur son lit, la bougie qu'elle laissait toujours brûler toute la nuit éteinte sans raison. Elle savait qu'elle faisait des cauchemars, depuis toute petite d'ailleurs. Mais si ça en venait à activer accidentellement sa puce ce pourrait être gênant un jour. Enfin il était hors de question qu'elle fasse changer ses niveaux hormonaux d'activation. Ça lui avait sauvé la vie une fois, ça pourrait sûrement le faire encore. Il lui faudrait donc composer avec. Mais là n'était pas la question, elle était en route pour rentrer à la boutique qu'elle n'avait pas vu de la journée, congés oblige. Elle était impatiente de travailler au violoncelle qu'elle avait abandonné la veille au soir... A moins que ce ne fusse le matin tôt, entre 3 et 4 heures. Enfin peut importe, elle marchait dans une ruelle qui puait l'eau croupie, par un temps glacial et sous la lumière clignotante des lampadaires mal entretenus et l'heure ni le lieu n'étaient aux débats philosophiques en interne.

En plus ça c'était la partie agréable du programme...

Sous ses yeux, Alice avait sa tante, dans son armure de Berserker, qu'elle reconnaîtrait entre mille. En face d'elle il y avait un Undead de la plus belle espère, pourri, moche, lent, pendant, sûrement pédant aussi, et profondément convaincu de sa supériorité intellectuelle, à n'en pas douter. Bon en prime il puait et ne portait même pas de Vans, vous parlez d'un zombie classe... Point culture mis à part, un autre zigoto était dans le coin, genre chasseur, discret, planqué - bouh le froussard... - et à l'air patibulaire mais presque. En parlant d'air il l'avait aussi retord, fourbe, et du genre auquel on fait pas confiance facilement. Voire pas confiance du tout. Une belle mouise en résumé. Sa tante semblait en difficulté face au Undead et son abruti de collègue ne se décidait pas à se magner le train pour aller l'aider. Elle redoutait de devoir intervenir à son tour. Il faut dire qu'éteindre un brasier ambulant sur un coup de tête c'est une chose. Tuer ou blesser de sang froid c'en est une autre. Par précaution elle activa son draupnir. Instantanément elle sentit les niveau de déclenchement de sa puce changer. Elle sentait la moindre étincelle à environ 20 mètres à la ronde. Son violon apparu dans ses mains de manière instantanée, matérialisé par son draupnir, de même que son archet. Elle prit une seconde pour laisser son corps s'habituer à la sensation d'incandescence qui la démangeait toujours plus, puis s'approcha discrètement, respirant normalement, pour perturber les flammes alentours le moins possible. Entre autre un bidon enflammé autour duquel devaient habituellement se tenir quelques sans-abris, absents pour le moment.

L'autre chasseur semblait regarder le combat avec intérêt. Alice s'y intéressa également, bien que se forçant à rester attentive aux mouvements du chasseur caché. Sa tante venait d'asséner une claque monumentale de sa main bardée d'acier au Undead qui vola de deux bons mètres en arrière. Puis elle chargea son canon de bras et l'aligna. Un premier éclair vert fusa, illuminant la nuit, sans pour autant briser le silence pesant. C'est avec un bras de moins que le mort-vivant se redressa et recommença sa lente progression vers la chasseresse, un fusil à pompe à la main. Il laissa son autre bras au sol et se jeta, dans la mesure de ses moyens, derrière le premier couvert qui se présenta. En l'occurrence une voiture qui n'avait pas du rouler depuis quelques années. Aurelia lança le rechargement de son arme, qui semblait avoir une cadence de tir assez lente, s'avançant d'un pas assuré vers l'Undead qui semblait lui avoir déjà tiré dessus à en juger par les éraflures sur son armure. Dans son dos cependant l'autre chasseur sortit silencieusement des ombres, un énorme révolver à la main, doté d'un silencieux plus énorme encore. Il aligna soigneusement Aurelia et fit feu une première fois dans un chuintement caractéristique de son arme. La balle traversa l'armure et sûrement le bras, arrêtant sa course sur l'armure située de l'autre côté de la chair, dans un tintement métallique. Aurelia poussa un cri étouffé et s'effondra à genoux. Le chasseur rechargea rapidement et s'approcha d'elle lentement, faisant signe au Undead de sortir de sa cachette. Ce dernier obtempéra et prit la peine de récupérer son bras au passage. Alice se sentit bouillir intérieurement. Il était plus que temps pour elle d'agir. Elle prit place au beau milieu de la rue, se concentrant sur son violon, et uniquement sur son violon, elle devait improviser une mélodie qui lui permettrait de canaliser les étincelles de son instrument, et uniquement de son instrument. Hors de question de mettre le feu à une maison alentour par inadvertance. Avec les premières notes s'élevèrent quelques étincelles, qui devinrent des flammèches instantanément. Puis les flammèches devinrent des flammes plus grosses, qui commencèrent à courir partout sur l'instrument, sur l'archet, sur la jeune femme, ses vêtements, son visage, puis sur le sol, tandis que la mélodie grandissait et prenait en assurance. Soudain Alice fut intégralement nimbée de flammes, devant le regard ébahi du chasseur et de son compagnon mort-vivant. Elle rouvrit alors les yeux, son regard bleu nuit reflétant les flammes qui l'entouraient.

Une première langue de feu se détacha d'elle et fusa pour attraper le poignet du Gunsliger. En même temps, Aurelia, qui avait tourné la tête pour voir ce qui se passait, se jeta dans les jambes de celui-ci. Ce dernier n'eut donc pas la loisir d'aligner la jeune scientifique. La langue de feu lui brûla sévèrement le poignet et le fit jurer. En face le Undead eu un mouvement de recul réflexe par rapport au feu, seule chose capable de le tuer définitivement si on s'en référait à ce qu'on savait d'eux. Alice continua de composer sa mélodie, en la complexifiant quelques peu. Ainsi trois langues de feu, sortes de tentacules incandescents, commencèrent à s'agiter en tous sens, frappant le Gunslinger au sol et le Undead qui tentait tant bien que mal d'aligner la jeune femme. C'est l'intervention d'Aurelia qui sauva Alice. Un coup de son canon - qui avait eu le temps de finir de recharger - fit décoller le mort-vivant du sol. Le coup de fusil à pompe partit malheureusement. Et dans la direction de la tante d'Alice qui plus est. A bout portant il traversa quelques failles de l'armure de celle-ci et la blessa. Elle s'étala de tout son long sur le sol. Alice vit distinctement la scène, presque au ralentit. Et la rage qu'elle ressentit la fit entrer dans une sorte d'état second. Ses flammes décuplèrent en intensité sous l'effet de ses émotions et elle ne prit plus garde à se limiter à quoi que ce soit. Dans la ruelle, le bidon commença à chauffer sous l'intensité du feu qu'il contenait, les propres flammes d'Alice entamèrent la chair du chasseur rénégat et du Undead sérieusement. Elle était dans un état de fureur avancée, une froide lucidité s'était emparée d'elle, et elle inspira brutalement et profondément. Dans le bidon, le feu se recroquevilla à moins que rien. Dans la rue l'Undead et le chasseur virent ses flammes revenir vers elle...

Puis elle tendit un doigt vers l'arme du chasseur au sol et relâcha sa respiration. Expiration lente et complète, parfaitement mesurée et contrôlée "comme pour tenir une note longue à la flutte". Dose constante d'air expirée pendant plusieurs secondes. Le feu dans le bidon reprit tranquillement du poil de la bête, lentement mais sûrement il se ranima et reprit son état initial, en plus animé sûrement. D'autour d'Alice, les flammes coururent sur son bras puis en jaillirent, suivant la direction de son doigt, chauffant au rouge l'arme du chasseur et la déformant. Ensuite de quoi elle ouvrit la main et la tendit vers l'Undead, plus précisément vers son bras armé. Ce dernier commençait tout juste à se remettre du tir qu'il avait prit dans le torse. Torse doté d'un magnifique trou fumant désormais. Il eu un mouvement de recul quand les flammèches vinrent lécher son fusil. Cependant il avait encore assez d'énergie pour reculer un peu et il envoya l'arme au chasseur rénégat, qui s'était démarqué, hors de portée des flammes pensait-t-il. Non loin du bidon contenant le feu en réalité. Il attrapa l'arme au vol et aligna Alice.


Petite ! Je tiens cette berserker en joue. C'est héroïque de ta part d'intervenir en sa faveur, mais j'ai peur que tu ne comprenne pas bien l'enjeux de ce qui se passe ici. Alors soit gentille, ramène les bras le long de ton corps et calme toi, tu veux ? Voilààà... tranquillement...

Si Alice avait tout d'abord marqué un temps d'hésitation, ce dernier était maintenant révolu. Elle avait trouvé un moyen de se défaire de cet adversaire qui ne voulait pas se laisser mettre hors de combat tranquillement. Elle ramena effectivement lentement les bras vers elle, croisés sur sa poitrine pour être précis. Elle commença le mouvement lentement, pour qu'il puisse voir ses flammes reculer. Mais il ne vit pas les autres, celles du bidon, qui s'élevaient lentement et s'approchait de plus en plus de lui... Puis, alors qu'elle avait les bras à moitié repliés, les mains au niveau de son visage en hauteur. Alors elle bloqua sa respiration. Une demi-seconde. Puis la violoniste effectua un rapide demi-tour sur elle-même, son instrument à la main, pour finir dos au chasseur et au Undead, les bras tendus dans la direction opposée à celle du bidon. Le Chasseur n'eut pas le temps de choisir quoi faire. La sensation de brûlure intense dans son dos lui coupa tout simplement le souffle. Il lâcha l'arme et commença ensuite à se rouler au sol, tentant d'éteindre le brasier qui venait de s'attaquer à lui, mais ne faisant qu'exposer son visage et le devant de son corps à l'appétit des flammes projetées hors du bidon. L'Undead fut trop lent pour éviter le feu, qui s'arrêta à quelques centimètres de la berserk. Puis Se releva et ramena effectivement les bras le long de son corps, avant de se tourner pour contempler la scène. Deux corps, plus ou moins gigotant, plus ou moins calcinés, mourant dans tous les cas, gisaient sur le pavé, non loin de l'armure inerte d'Aurelia. Elle souprira profondément, enfin redevenue calme, désactiva son draupnir pour regagner en stabilité, sortit son téléphone de sa poche - un téléphone qui ne faisait rien, sinon les sms et le téléphone, à l'épreuve des flammes, même pas de calendrier, rien, écran bicolore, fonctions vitales standards, conçu pour les personnes dans son genre - et composa le numéro du groupe de récupération des chasseurs qui tournait dans Kaolia. Elle avait deux cadavres sur les bras, dont un pas nécessairement mort, et une mourant dont elle ne saurait jamais s'occuper seule.

Une fois assurée qu'elle serait récupérée dans les dix minutes elle s'agenouilla au chevet de sa tante et pria, pria pour ne pas perdre la dernière membre de sa famille...



Le lendemain, elle était à Nébulia, sa tante tirée d'affaire l'avait remerciée chaudement avant de s'endormir dans un sommeil réparateur. Alice se mit en quête d'un moyen de contacter Kaolan, elle avait à parler avec lui, de choses importantes, de choses dont elle ne voulait parler à personne d'autre qu'au chef des chasseurs en personne...
Revenir en haut Aller en bas
Ode Varg
Gérante de la Forge de Kaoliä
avatar

Féminin Nombre de messages : 252
Age : 28
Localisation : Dans le coin du cercle
Date d'inscription : 17/02/2008

Identité
Classe:
Niveau: 5
XP:
0/300  (0/300)

MessageSujet: Re: Alice Weaver   Mar 8 Fév - 23:59

RP Test validé ! Félicitation Alice Smile
Revenir en haut Aller en bas
http://kaos.keuf.net
 
Alice Weaver
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Problème avec Alice !!!
» Pour les fans de Burton, d'alice aux pays des merveilles
» Alice Darkdreams (My tell Tale heart) est arrivée :)
» ALICE BOX
» Probleme de connexion du nabaztag/tag SOUS ALICE ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kaos-rpg :: RP Test-
Sauter vers: